Politiciens et élections, Votez librement et participez à la démocratie, Votez pour le changement, Référendum en ligne
left right

Biographie Alain Juppé

> France > Politiciens > Union pour un Mouvement Populaire > Alain Juppé
Alain Juppé Alain Juppé
Alain Juppé
Un homme politique français, inspecteur des finances de formation. | A French prominent politician, the Mayor of Bordeaux since 2006.
email

DESCRIPTION DU CANDIDAT: 

Alain Juppé Biographie

FRA:

 

Alain Juppé, né le 15 août 1945 à Mont-de-Marsan dans les Landes, est un homme politique français, inspecteur des finances de formation. Proche collaborateur de Jacques Chirac à partir de 1976, il est son adjoint à la mairie de Paris de 1983 à 1995. Il est plusieurs fois ministre entre 1986 et 2012 (Budget, Affaires étrangères à deux reprises, Écologie, Défense) et Premier ministre au début du premier mandat présidentiel de Jacques Chirac de 1995 à 1997. Il est également secrétaire général (de 1988 à 1994) puis président (de 1994 à 1997) du Rassemblement pour la République (RPR) et président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) de 2002 à 2004. Il est maire de Bordeaux de 1995 à 2004 et depuis 2006.

 

Carrière politique

Debuts

Alain Juppé affirme avoir voté pour Alain Krivine lors de l'élection présidentielle de 1969. De 1972 à 1976, il est en poste à l'Inspection générale des finances. En 1976, il devient collaborateur de Jacques Chirac, alors Premier ministre, en tant que chargé de mission, puis conseiller technique au ministère de la Coopération, jusqu’en 1978. Adhérent du Rassemblement pour la République (RPR) dès sa fondation par Jacques Chirac, en 1976, sur la base de l'ancien mouvement gaulliste UDR, il en est délégué national aux études de 1977 à 1978.

 

Ministre du Budget

Il est ministre délégué au Budget auprès du ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de la Privatisation, Édouard Balladur, ainsi que porte-parole du gouvernement, durant la première cohabitation, du 20 mars 1986 au 11 mai 1988. l cumule ses fonctions ministérielles avec celle de porte-parole du candidat Jacques Chirac et de secrétaire général de son comité de soutien lors de la campagne de l'élection présidentielle de 1988.

 

Ministre des Affaires étrangères

Lors de la deuxième cohabitation, du 30 mars 1993 au 18 mai 1995, il est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Édouard Balladur. Avec la déclaration de candidature de Jacques Chirac à l’élection présidentielle le 4 novembre 1994, Alain Juppé devient président du RPR par intérim et l'un de ses principaux lieutenants dans la campagne. Alain Juppé est nommé Premier ministre le 17 mai 1995 et conserve la présidence du RPR.

 

Premier ministre

Nommé Premier ministre par le nouveau président Jacques Chirac le jour de son investiture, Alain Juppé prononce son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale le 23 mai 1995, autour du thème de la « bataille pour l'emploi », estimant que « c'est sur notre capacité à provoquer en France un profond et durable mouvement de création d'emplois que nous demanderons, le moment venu, à être jugés ». Il obtient dans la foulée la confiance de 447 députés sur 538 votants (les 236 du RPR, les 199 de l'UDF ainsi que 10 des 22 membres du groupe République et liberté et 2 sur les 3 non inscrits).

 

Maire de Bordeaux

Il est ensuite élu maire de Bordeaux par le nouveau conseil municipal, après avoir écarté Jacques Valade, qui était le premier adjoint et le successeur naturel de Jacques Chaban-Delmas, ainsi que les candidats Denis Teisseire, Pierre Hurmic, François-Xavier Bordeaux. Il prend dans le même temps la présidence de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), qu'il conserve jusqu'en 2004 (par la suite, la présidence va revenir à un socialiste, Alain Rousset de 2004 à 2007 puis Vincent Feltesse depuis 2007). Alain Juppé, lors de la séance du conseil municipal du 14 mars 2008, jette les bases de l'action municipale pour les six années à venir. Il annonce alors ses priorités sectorielles : l'aménagement de nouveaux quartiers, la qualité de la vie au quotidien et l’exemplarité environnementale de Bordeaux.

 

Ministre de la Défense

Alain Juppé est nommé ministre d'État, ministre de la Défense et des Anciens Combattants (numéro 2 du troisième gouvernement François Fillon) le 14 novembre 2010. Pendant les trois mois qu'il passe à la tête de ce ministère, il doit notamment gérer l'affaire des otages du Niger. Il passe par ailleurs son réveillon de Noël avec les soldats français en Afghanistan, assiste au sommet de l'OTAN de Lisbonne et représente la France à la cérémonie d'investiture de Dilma Rousseff.

 

Ministre des Affaires étrangères et européennes

Le 27 février 2011, il est nommé ministre des Affaires étrangères et européennes et remplace Michèle Alliot Marie, démissionnaire, tout en restant ministre d'État. Il s'engage activement dans la campagne présidentielle de 2012, notamment en participant à plusieurs meetings de Nicolas Sarkozy et en donnant plusieurs interviews, dans lesquelles il juge le programme du candidat socialiste, François Hollande, « dangereux ». En mai 2012, il se prononce favorablement pour l'organisation de primaires à l'UMP en 2016. Après avoir annoncé son intention d'être candidat aux législatives de 2012, le faible score du président Sarkozy à l'élection présidentielle dans la deuxième circonscription de la Gironde l'aurait poussé à renoncer à se présenter, laissant Nicolas Florian, secrétaire départemental de l'UMP en Gironde, se présenter face à la députée socialiste sortante, Michèle Delaunay, qui est réélue.

 

Dans l'opposition à la gauche

Après la défaite de la droite aux élections présidentielle et législatives, Alain Juppé est présenté comme un possible recours pour la présidence de l'UMP, afin de garantir l'unité du parti et éviter des divisions trop importantes entre les partisans de François Fillon et de Jean-François Copé. À la suite des déclarations de candidature de ces derniers, il annonce qu'il ne sera pas candidat à la tête du parti. À la fin du mois de novembre 2012, face aux contestations qui suivent le scrutin interne, très serré, Alain Juppé accepte d'être à la tête d'une commission permettant de vérifier les résultats de celui-ci ; mais, après une rencontre entre lui, Jean-François Copé et François Fillon, il annonce que sa mission est achevée, estimant que « les conditions de [s]a médiation ne sont pas réunies ».

 

source

 

 

ENG:

 

Alain Marie Juppé (born 15 August 1945) is a French politician who was President of the political party Union for a Popular Movement from 2002 to 2004. He served as the Minister of Foreign Affairs from 2011 to 2012. He also served as Prime Minister of France from 1995 to 1997 under President Jacques Chirac and the Minister of Defence and Veterans Affairs from 2010 to 2011. He had previously served as Minister of Foreign Affairs from 1993 to 1995, and as Minister of the Budget and Spokesman for the Government from 1986 to 1988.

 

In December 2004, Juppé was convicted of mishandling public funds. His political career was subsequently suspended until he was re-elected as Mayor of Bordeaux in October 2006. He served briefly as Minister of State for Ecology and Sustainable Development in 2007, but resigned in June 2007 after failing in his bid to be re-elected in the 2007 legislative election. He remains the Mayor of Bordeaux. On 10 May 2012 Juppé along with the rest of the cabinet, including Prime minister François Fillon quit following the defeat of President Nicolas Sarkozy in the presidential election. As a result a new cabinet was appointed by François Hollande after he was sworn in as President and Laurent Fabius succeeded him as foreign minister.

 

Alain Juppé was born in the commune of Mont-de-Marsan in the department of Landes in south-west France.

 

Political career

Prime Minister : 1995–1997.

Minister of Budget and government spokesman : 1986–1988.

Minister of Foreign Affairs : 1993–1995.

Minister of ecology, Development and sustainable Planning : May–June 2007.

Minister of State, Minister of Defense and Veterans Affairs : 2010–2011.

Minister of State, minister of Foreign and European Affairs : 2011–2012.

Member of European Parliament : 1984–1986 (Became minister in 1986) / June–October 1989 (Resignation).

Member of the National Assembly of France for Paris (18th constituency) : Elected in March 1986 (Became minister in March 1986) / 1988–1993 (Became minister in 1993). Elected in 1986, reelected in 1988, 1993.

Member of the National Assembly of France for Gironde (2nd constituency) : 1997–2004 (Resignation, involved in judicial affairs in 2004). Reelected in 2002.

Regional councillor of Ile-de-France : March–April 1992 (Resignation).

Mayor of Bordeaux : 1995–2004 (Resignation, involved in judicial affairs in 2004) / Since 2006. Reelected in 2001, 2006.

Municipal councillor of Bordeaux : 1995–2004 (Resignation, involved in judicial affairs in 2004) / Since 2006. Reelected in 2001, 2006.

Deputy-mayor of Paris : 1983–1995. Reelected in 1989.

 Councillor of Paris : 1983–1995. Reelected in 1989.

President of the Rally for the Republic : 1994–1997.

President of the Union for a Popular Movement : 2002–2004 (Involved in judicial affairs in 2004).

 

Further political career

Juppé was re-elected as Mayor of Bordeaux in October 2006, suggesting that voters had forgiven him for the conviction. In May 2007, he was appointed Minister of State, Minister of Ecology and Sustainable Development in the Government of François Fillon, being in fact the number two of the Government in protocolar order. This is the third time in the history of Fifth Republic (after Michel Debré and Laurent Fabius) that a former Prime Minister returned as a Minister in another government (although some Presidents of the Council of the Fourth Republic were Ministers of the Fifth Republic). Juppé ran unsuccessfully in the 2007 legislative elections, and as a consequence announced his resignation from the government. Prime Minister Fillon had announced that all ministers that chose to run in these elections and were beaten would have to leave the government, for it meant that these ministers did not enjoy the confidence of the people.

 

On 9 March 2008, Juppé was reelected as Mayor of Bordeaux, winning 56% of the popular vote in the first round. In August 2008, he was named in a Rwandan government report on the alleged French connection in the Rwanda genocide. In March 2009, he criticized Pope Benedict XVI over his comments that condoms will only worsen the AIDS crisis, saying that as a Christian, he felt that such declarations were totally unacceptable. He was also awarded on behalf of the Republic of Armenia the Mesrob Mashdots Medal for his service in strengthening and deepening the cooperation between the governments of Armenia and France. In 2011, interviewed on the public television channel France 2, Mr Juppé strongly advocated for the creation of a European federation to respond to the euro crisis.

 

source

16.07.2010

updated: 2013-03-11

icon Alain Juppé
icon Alain Juppé
icon Alain Juppé
icon Alain Juppé
icon Alain Juppé
icon Alain Juppé

ElectionsMeter n'assume aucune responsabilité pour le contenu des arguments. S'il vous plaît contactez l'utilisateur ou l'auteur des commentaires. Chaque argument sur ElectionsMeter doit contenir le nom de l'auteur et le référence à la source originale du texte. Les utilisateurs devraient être conscients de la loi sur la protection du droit d'auteur. S'il vous plaît lire policy du site. Si ce texte contient une erreur ou des informations incorrectes que vous souhaitez les corriger, ou même vous voulez gérer l’administration du profil ,veuillez nous contacter. contactez-nous..

 
load menu