Politiciens et élections, Votez librement et participez à la démocratie, Votez pour le changement, Référendum en ligne
left right

Biographie Jean-François Copé

> France > Politiciens > Union pour un Mouvement Populaire > Jean-François Copé
Jean-François Copé Jean-François Copé
Jean-François Copé
Un homme politique français, maire de Meaux et président de l'UMP. | A French politician, the Mayor of Meaux and President of the UMP.
email
email

DESCRIPTION DU CANDIDAT: 

Jean-François Copé Biographie

FRA:

 

Jean-François Copé est un homme politique français, né le 5 mai 1964 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Maire de Meaux et député de la sixième circonscription de Seine-et-Marne, il a occupé plusieurs fonctions ministérielles dans les gouvernements Raffarin et Villepin. Nommé secrétaire général de l'UMP en 2010, il est élu président du parti en novembre 2012.

 

Carrière politique

De 1993 à 1995, Jean-François Copé est membre de la cellule de réflexion économique de Jacques Chirac animée par Nicolas Sarkozy. Il devint ensuite directeur de cabinet de Roger Romani, ministre délégué aux Relations avec le Sénat, chargé des rapatriés, dans le gouvernement Balladur. De 1998 à 2001, il exerce la fonction de secrétaire national du RPR, chargé de l'économie, puis de la formation. De 2001 à 2002, il est secrétaire général adjoint du RPR, chargé du projet d'alternance.

 

  • Mandats locaux

Jean-François Copé est élu maire de Meaux (chef-lieu d'arrondissement de Seine-et-Marne) en 1995, à l'âge de 31 ans, puis est réélu en 2001. Il se fixe deux priorités : la rénovation urbaine et la sécurité. En 2005, il redevient maire de Meaux après la démission d'Ange Anziani. À la suite des élections municipales de mars 2008, il est réélu à la mairie de Meaux pour un troisième mandat, la liste qu'il conduisait ayant recueilli 67,74 % des suffrages exprimés au premier tour.

 

  • Fonctions parlementaires

Au mois de juin 1995, il devient député de la 5e circonscription de Seine-et-Marne, à la suite de la nomination de Guy Drut au premier gouvernement Juppé sous Jacques Chirac. De 1995 à 1997, il est le benjamin de l'Assemblée nationale. Il est également, en 1997, le plus jeune député battu, comme il le mentionne souvent, à l'issue d'une triangulaire RPR-PS-FN, qui favorise la gauche. Il est conseiller régional d'Île-de-France de 1998 à 2007. Le 16 juin 2002, au second tour des élections législatives, il est élu député de la sixième circonscription de Seine-et-Marne. Le 10 juin 2007, il est réélu député de la 6e circonscription de Seine-et-Marne, au premier tour des élections législatives, avec 54,26 % des suffrages exprimés, soit 25 489 voix, à la suite la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle. Il quitte alors sa fonction de conseiller régional durant l'été 2007 pour respecter les règles sur le cumul de mandats, son siège revenant à Jean-François Robinet.

 

  • Fonctions ministérielles

Jean-François Copé est membre des gouvernements Raffarin I et Raffarin II, de 2002 à 2004, en tant que secrétaire d'État aux relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement sous Jacques Chirac. Il est alors le benjamin des ministres.  En 2004, il conduit la liste de l'UMP au premier tour, puis la liste d'union avec l'UDF au second tour des élections régionales des 21 et 28 mars 2004 en Île-de-France. À la suite de la victoire de la liste socialiste conduite par Jean-Paul Huchon, il renonce à prendre la tête du groupe UMP au Conseil régional d'Île-de-France, que conserve Roger Karoutchi. Il devient, en mars 2004, ministre délégué à l'Intérieur, tout en demeurant porte-parole du gouvernement. Le 29 novembre 2004, il est nommé ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire du troisième gouvernement Raffarin et conserve ses attributions de porte-parole du gouvernement. Il est reconduit dans ces fonctions le 3 juin 2005, dans le gouvernement Dominique de Villepin, avec en complément la responsabilité de la Réforme de l'État.

 

  • Président du groupe UMP à l'Assemblée nationale

Il est élu, le 20 juin 2007, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale par 256 voix, contre 44 à Alain Joyandet. Après s'être vu confier par le Premier ministre, François Fillon, une mission sur la modernisation du Parlement au premier semestre 2007, il préside en 2008 la commission « pour une nouvelle télévision publique », pour étudier la mise en place de la proposition présidentielle du retrait de la publicité dans l'audiovisuel public.

 

  • À la tête de l'UMP

Le 17 novembre 2010, il devient secrétaire général de l'UMP en remplacement de Xavier Bertrand, nommé au gouvernement. Fin 2010-début 2011, il fait voter une loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance des sociétés françaises, appelée « loi Copé-Zimmermann ». Après la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012, il autorise la création de courants au sein de l'UMP. Le 26 août 2012, à Châteaurenard, il se déclare candidat à la présidence du parti. Fin décembre, un accord est finalement trouvé entre Jean-François Copé et François Fillon, le premier acceptant l'organisation d'un nouveau scrutin en 2013 et la réforme des statuts qu'il avait demandé, le second de dissoudre le groupe parlementaire dissident qu'il avait créé. Cette décision est entérinée par le bureau politique du parti le 18 du même mois.

 

source

 

 

ENG:

 

Jean-François Copé (born 5 May 1964) is a French politician. He is Mayor of Meaux, Deputy (Député) for the 6th constituency of Seine-et-Marne, and acts as President of the Union for a Popular Movement (UMP) Group in the French National Assembly. He was appointed Spokesperson for the French Government between 2002 and 2007, and assumed other tenures in the government—including Minister of the Budget—at the same time. In November 2010, he became General Secretary of the Union for a Popular Movement. In August 2012, he announced that he would run for the presidency of the UMP, facing former Prime Minister François Fillon. In November 19, 2012, he declared himself elected President of the UMP with 50,03% of votes from its members, contradicted by François Fillon who asserts his own victory.

 

Jean-François Copé was born in Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), the son of Professor Roland Copé, a surgeon of Romanian Jewish origin, and Monique Ghanassia, of Algerian Jewish origin. His paternal grandparents were Marcu Hirs Copelovici, a physician born in Bessarabia, and Gisele Lazerovici. His maternal grandparents were Ismael André Ghanassia, a lawyer in Algiers (son of Moïse Ghanassia and Djouhar Soussi, from Miliana, in Algeria), and Lise Boukhabza (granddaughter of a Tunisian rabbi).

 

Political career

After serving in various political roles in the RPR and the Balladur government, he became spokesperson for the government of Prime Minister Jean-Pierre Raffarin in 2002. On 24 November 2004, he became Minister of the Budget and spokesperson for the government in the Raffarin III government; he was renewed in this function in the following Villepin government. Following the 2007 parliamentary election, he became leader of the UMP parliamentary group in the 13th Legislature.

 

In 1995, he became Mayor of Meaux at 35, and was reelected in 2001 and 2008. Because of his nomination in the government in 2002, he had to step down in favor of Ange Anziani. Nonetheless, he took back the office in 2005 after Anziani's resignation. He was also regional councillor of Ile-de-France from 1998 to 2007 and was list leader of the UMP-UDF in Ile-de-France in the 2004 regional elections.

 

He became deputy of the 5th constituency of Seine-et-Marne in 1995, following the nomination of the incumbent to the Juppé government. However, he was defeated in 1997 by a Socialist candidate in a difficult RPR-PS-FN three-way second round race. In 2002, he was elected in the 6th constituency. He was re-elected there by the first round in 2007, becoming President of the UMP Group in the French National Assembly at the same time.

 

In November 2010, he became General Secretary of the Union for a Popular Movement. He declared himself a candidate for the presidency of the UMP in August 2012, facing François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet and Bruno Le Maire. He was supported by many strong UMP members, such as former Prime Minister Jean-Pierre Raffarin, UMP leader at the National Assembly Christian Jacob and former Minister of Education Luc Chatel.

 

In September 2012, Copé denounced the development of an anti-White racism by people living in France, sparking a nation-wide controversy in media and politics. On november, 19 2012, he declares himself winner of the competition with 50,03% of votes, position contradicted by François Fillon who asserts his own victory. In the following days, the cris amplified by mutual accusation of frauds.

 

source

16.07.2010

updated: 2013-03-11

icon Jean-François Copé
icon Jean-François Copé
icon Jean-François Copé
icon Jean-François Copé
icon Jean-François Copé
icon Jean-François Copé

ElectionsMeter n'assume aucune responsabilité pour le contenu des arguments. S'il vous plaît contactez l'utilisateur ou l'auteur des commentaires. Chaque argument sur ElectionsMeter doit contenir le nom de l'auteur et le référence à la source originale du texte. Les utilisateurs devraient être conscients de la loi sur la protection du droit d'auteur. S'il vous plaît lire policy du site. Si ce texte contient une erreur ou des informations incorrectes que vous souhaitez les corriger, ou même vous voulez gérer l’administration du profil ,veuillez nous contacter. contactez-nous..

 
load menu